les postes à saumon

Les postes à saumons

Il n’est pas toujours évident lorsque l’on a l’habitude de pratiquer la pêche de  la truite ou de l’ombre commun, de faire la transition avec celle du saumon Atlantique. Si la technique de pêche en noyée est quasiment similaire, les postes sont totalement différents. Ceci est très certainement la conséquence des mœurs radicalement opposés de ces poissons.

Alors qu’en rivière les truites fario, arc-en-ciel ou les ombres communs se nourrissent pratiquement tout au long de l’année, ce n’est pas le cas des saumons pendant leur phase migratoire en eau douce. De ce fait, les emplacements qu’ils choisissent pour y stationner ne sont pas vraiment identiques. Si les truites et compagnie se postent sur un secteur où le flot aquatique leur apporte une nourriture régulière et abondante, ce n’est pas le cas pour le saumon Atlantique. Ce dernier, lorsqu’il pénètre dans les eaux douces n’a qu’un objectif : procréer. Ainsi, tous ces déplacements n’auront qu’un seul but qui sera d’atteindre les zones de frayère.

En fonction de la taille et de la vitalité du poisson, de la configuration du cours d’eau qu’il emprunte, de la longueur du parcours qu’il doit effectuer, le saumon va devoir marquer quelque temps d’arrêt. Les niveaux d’eau, les marées, l’influence de la lune, la pression atmosphérique ainsi que les conditions météorologiques vont également jouer un rôle prépondérant lors de cette phase de montaison en imposant des haltes plus ou moins longues au saumon. Lors de ces dernières, il va se tenir sur une place où il va pouvoir se reposer ou attendre des conditions favorables pour reprendre à nouveau son voyage en direction des frayères.

Les pools à saumons

Contrairement à la truite ou à l’ombre commun, le saumon Atlantique ne stationnera que très rarement dans un courant puissant. Il n’y fera qu’un bref passage à moins qu’il n’y trouve un reposoir*.  Néanmoins, il  sera très « mordeur » lors du franchissement de ce courant si bien sûr celui-ci n’est pas surpuissant en l’obligeant à faire des efforts considérables pour le franchir. Généralement, à l’amont d’un rapide, la rivière se calme en s’élargissant. Elle forme alors un trou ou un plateau  plus ou moins profonds. C’est ce que les pêcheurs de saumons nomment un pool. En fonction de la constitution du fond, sable, graviers, gros blocs rocheux, les saumons peuvent y stationner ou n’y faire qu’un bref passage sans s’y arrêter. Généralement, les pools dont le fond comporte des obstacles sur le fond sont propices au maintien temporaire des poissons.

Un pool se décompose généralement en trois secteurs distincts. De l’aval vers l’amont, on trouve ainsi la queue de pool, le pool, qui peut être divisé en plusieurs parties en fonction de sa longueur et pour finir, la tête de pool. La queue de pool est la zone où l’eau commence à accélérer sa vitesse pour former un rapide à l’aval. C’est un poste sur lequel les saumons peuvent être très agressifs. Ils s’y maintiennent quelque temps après avoir peiné pendant le franchissement du rapide mais ils préfèrent parfois se diriger directement vers les eaux plus calmes et plus profondes du pool.  La queue de pool est un secteur à prospecter de préférence lorsque le niveau de la rivière est haut ou très haut car l’énergie dépensée par les saumons lors du franchissement du rapide à l’aval a été extrême et ils ont besoin de souffler un instant.  Le pool peut se présenter sous diverses formes. Il peut être très court ou immense, allant d’une dizaine de mètres seulement à plusieurs centaines. Sa largeur et sa profondeur peuvent également être très variables. La granulométrie du fond varie sensiblement d’un pool à l’autre. C’est ainsi que l’on peut rencontrer des pools sablonneux ou d’autres dont le fond est tapissé de galets de taille uniforme. Il peut aussi être parsemé de blocs ou de dalles rocheuses mais également de barres calcaires ou granitiques qui coupent le lit de la rivière transversalement ou perpendiculairement. Le pool est traversé par un courant qui peut être régulier en s’étendant sur toute la largeur du lit de la rivière. On peut y trouver des zones plus calmes ou des contre-courants créés par des obstacles qui jalonnent le pool. Ceci peut être aussi la conséquence de l’orientation du courant qui arrive en tête de pool en venant s’écraser contre l’une ou l’autre berge.

La tête de pool est la zone où le courant pénètre dans le pool. C’est un poste à privilégier par eaux basses ou pendant les périodes chaudes. Il est également bon d’y mettre quelques coups de ligne le matin ou le soir lorsque le niveau d’eau ne fluctue pas. Parfois, le saumon, après s’être reposé un long moment dans les eaux profondes du pool, vient mettre le « nez à la fenêtre ». pour voir s’il ne peut pas progresser à nouveau vers l’amont. C’est également un secteur sur lequel le poisson vient s’oxygéner lorsque la température des eaux vient à s’élever. Deux situations qui peuvent déclencher un réflexe d’agressivité vis-à-vis d’une mouche bien maniée.

Sur l’ensemble de ces différentes zones, chaque obstacle qui entrave le lit du cours d’eau et le flot aquatique peut s’avérer bon pour maintenir un saumon quelque temps avant qu’il n’entreprendre de poursuivre sa montaison. A l’opposé de la truite ou de l’ombre commun qui préfèrent l’aval direct d’une grosse roche pour chasser, le saumon Atlantique a plutôt tendance à préférer l’amont de l’obstacle son côté pour se maintenir en place et se reposer un instant. Cela ne veut pourtant pas dire qu’il faudra ignorer l’emplacement aval qui peut lui aussi maintenir un poisson dans certaines conditions.

En dehors de ces secteurs, il existe encore un poste qui peut être fréquenté par les saumons, le reposoir. C’est généralement une place de quelques mètres seulement, intercalée au milieu d’un secteur constitué par des rapides d’une grande longueur. Comme son nom l’indique, cet emplacement où l’eau est plus calme, permet aux poissons de reprendre leur souffle avant de s’engager à nouveau dans les eaux tumultueuses.

Il est assez difficile de comprendre pourquoi certains postes qui semblent avoir des caractéristiques idéales ne sont que survolées par les poissons alors que d’autres les arrêtent systématiquement. Ce qu’il faut savoir, c’est qu’une place peut être parfaite avec un certain niveau d’eau et être totalement nulle avec un niveau d’eau plus bas ou plus fort. D’une année sur l’autre, les crues perturbent le lit de la rivière en le modifiant parfois radicalement. On peut ainsi voir des pools se combler ou se former en fonction de la puissance dévastatrice de l’eau.  Parfois c’est la raréfaction d’une espèce qui modifie la qualité d’un pool. Un pêcheur du Gave, Denis, m’a raconté pourquoi l’un des pools du Gave d’Oloron n’était plus productif.  La sortie du ce grand pool comportait un long courant régulier où les lamproies venaient soulever les galets creusant ainsi des trous larges de quelques mètres et profond de quelques dizaines de centimètres pour frayer  Profitant de ces dépressions au milieu de ce long exutoire, les saumons y effectuaient des haltes et les captures n’y étaient pas rares. De nos jours, le nombre de lamproies à fortement diminué et il semble également que celles-ci remontent plus haut sur la rivière pour frayer. C’est ainsi que ce poste est devenu totalement improductif.

Encore plus que pour la pêche de la truite ou celle de l’ombre commun, je pense que la connaissance de la rivière et de ses différents pools est donc un atout considérable lorsque l’on veut pêcher le saumon. D’une année sur l’autre, le pêcheur va pouvoir tirer des conclusions utiles après une capture qui va lui permettre d’identifier un poste s’il a toutefois bien pris soin de bien noter le niveau d’eau du moment. Il y a alors de fortes chances pour que l’année suivante, si les conditions sont identiques, il retrouve un autre poisson sur la même place.

Quoi qu’il en soit, en dehors de la connaissance de la rivière, il vous faudra adapter votre matériel et plus particulièrement votre ligne aux conditions du moment et de la configuration du poste que vous avez décidé de pêcher. Le choix de la soie et de votre bas de ligne seront primordiaux. Vous devrez également souvent faire preuve d’une grande ténacité et parfois d’une force de caractère hors du commun pour avoir la chance de sentir cette touche mythique au bout de votre ligne entrainée à toute allure par ce merveilleux et splendide combattant qu’est le poisson roi. Instant magique qui me fait rêver.

Hervé THOMAS

 Vous avez aimé ? Merci pour vos partages.

retrouvez d’autres articles 


* reposoir : Les pêcheurs de saumon appellent reposoir une petite poche d’eau calme située dans un grand rapide ou entre deux courants. Cette zone n’est pas considérée comme un pool du fait de sa taille réduite. Sur ce poste, les poissons ne font qu’une très brève halte avant de reprendre la montaison.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.