La pêche sur Facebook

Pêche en No-kill, respect du poisson, truite arc-en-ciel, viandards, articles de presse pour l’ouverture de la pêche, voici de nombreux sujets abordés sur Facebook et auxquels je réponds en partie aujourd’hui.

Depuis quelques semaines, j’ai parcouru de nombreux posts sur ces sujets et certaines de ces parutions font le buzz. Ce sont des sujets qui fâchent et qui enflamment les esprits. Aujourd’hui, je vous livre ma façon de voir les choses. Je tiens avant tout à préciser que, même si je suis un pêcheur, je suis tout d’abord un ferment défenseur de la nature et que pour moi, les deux sont très facilement compatibles. Depuis des années, j’essaye de défendre les milieux aquatiques et leurs nombreux habitants mais pas n’importe comment. Je m’appuie au maximum sur des documents scientifiques, les propos de spécialistes ainsi que sur mes  expériences personnelles et professionnelles lorsque je traite d’un sujet.

C’est ainsi qu’à la lecture de certaines réponses faites à des posts, je constate l’absence de connaissances qui conduit obligatoirement à un discours totalement faux. L’argumentation est souvent fondée sur des idées, des « on-dit » plutôt que sur des certitudes scientifiques ou issues d’une très longue expérience pouvant permettre de telles affirmations. J’en veux pour preuve un post récent qui traitait de la capture d’une grosse truite arc-en-ciel dans une grande rivière pyrénéenne. Ce poisson de plusieurs kilos s’était très certainement retrouvé à cet endroit à la suite des énormes crues qui avaient touché la rivière l’année précédente et qui avaient emporté les protections de la pisciculture où ce poisson avait été élevé. Plusieurs pêcheurs exprimaient leur grande satisfaction à voir ce poisson mis à mort par celui qui l’avait capturé et qui précisait lui aussi qu’un tel prédateur n’avait pas sa place dans cette rivière. C’est sûr ! Une truite arc-en-ciel de cette taille doit dévorer tout cru des dizaines de poissons par semaine … FAUX !

Prenez le temps d’observer les mâchoires et la dentition d’une truite arc-en-ciel. Vous constaterez que ce poisson, même s’il atteint une taille considérable, n’est absolument pas armé pour avoir une alimentation ichtyophage (qui mange essentiellement du poisson). A l’inverse, il est très facile de constater en ouvrant la gueule d’une truite fario que cette dernière, avec son vomer, ses dents longues et acérées et l’ouverture très large de ses mâchoires est parfaitement équipée pour cela. Le régime alimentaire d’une truite arc-en-ciel est essentiellement constitué en grande partie d’insectes, qu’ils soient aquatiques ou terrestres. Bien évidemment, comme tous les prédateurs, avec un opportunisme naturel développé, ce poisson n’hésitera pas à se saisir d’une truite fario lui passant devant le nez. Mais cela reste exceptionnel et il est assez rare de voir les truites arc-en-ciel chasser spécifiquement d’autres poissons. Il est donc clair que l’impact d’une truite arc-en-ciel sur la population de truites fario d’une rivière est absolument ridicule par rapport à celui qu’il pourrait être si ce poisson, à taille égale, était une truite fario.

En regardant de plus près la photo de ce poisson et plus spécialement l’état de sa nageoire caudale, je ne l’imagine pas vraiment en train de poursuivre un poisson sauvage en pleine forme alors qu’il doit déjà avoir bien du mal à lutter contre le courant à cause de ce handicap et celui de son poids…

C’est à la mode. On proteste contre les APPMA qui déversent des truites surdensitaires en tuant ces dernières sans pitié.

« Ils faut les virer. C’est de la ME… qui n’a rien à faire dans la rivière, etc … ».

Et pourquoi donc ? Ce sont des animaux comme les autres ! Sous prétexte qu’ils proviennent de pisciculture, qu’ils ont été élevés avec ces granulés, qu’ils se jettent sur tout ce qui passe, il faut les éliminer ? Il faut leur faire payer un mode de gestion archaïque ?

Et si vous les relâchiez et les considériez avec un peu plus de respect ?  Cela vous permettrait peut-être d’envisager de les retrouver l’année suivante ou celle d’après. Et là, ça ne serait certainement pas la même musique. Je vous souhaite un jour de pouvoir pêcher comme j’ai pu le faire à plusieurs reprises, des truites arc-en-ciel sauvages ou redevenues sauvages et vous allez voir la différence… et très certainement pleurer sur la casse que vous venez de subir sur un poisson pas si gros que ça et qui vient de dévaler le courant à toute allure en emportant votre mouche ou votre plus beau Rapala.

Compte-tenu de l’état général de nos cours d’eau et surtout de la densité de truites que l’on peut y rencontrer, quelques arc-en-ciel peuvent très certainement ajouter au plaisir de certains pêcheurs. Et qu’on se le dise, ce n’est pas cela qui va empiéter sur les zones vitales de nos truites fario.

C’est ça la pêche sportive ! Considérer la vie des poissons, et quels qu’ils soient, comme précieuse !

à suivre ….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *