Nouveau saut évolutif de l’espèce humaine, Homo détritus

Depuis des milliers d’années, l’être humain, grâce à l’apprentissage et l’enseignement des connaissances produites par les générations précédentes a évolué.

Jusqu’à présent, la vie en société, au sein d’un cocon familial a permis aux enfants qui arrivent au monde d’avoir un foyer avec des parents qui les protègent et les éduquent.

Avant la révolution industrielle et technologique, la capacité de notre société a transmettre le savoir et les savoir-faire acquis par les générations précédentes était souvent  bénéfique mais cette tendance semble aujourd’hui s’inverser.

Aveuglée par une compétition féroce pour la production et la détention du savoir, notre civilisation écrase tout sur son passage. Pendant qu’une grande partie des humains s’évertue à survivre, une minorité dépense toute son énergie à jouir de la vie et à consommer frénétiquement… le résultat est une humanité décadente en déperdition morale et sociale.

Technologie bénéfique ?

La technologie qui devait porter l’humanité vers un futur meilleur plein d’espoir favorise finalement l’abrutissement de notre espèce. Il suffit d’observer ceux ayant accès dès le plus jeune âge aux nouvelles technologies de l’information et de la communication, et évoluant dans un environnement familial parfois inexistant pour s’en rendre compte. L’illettrisme digital est aujourd’hui facilement perceptible à travers les réseaux sociaux ou la télévision.

Cette formidable évolution de l’homme moderne vient d’atteindre un tournant décisif et nous entrons dans une phase de régression. La vie, la nature, ces chefs d’oeuvre de la création n’ont plus aucunes valeurs. La pollution est partout, sur terre, dans l’eau, dans le ciel, dans l’espace. Elle s’introduit dans le corps des animaux et celui des hommes. Ses formes sont multiples et ses effets dévastateurs.

Tous pollueurs

Nous sommes tous, à plus ou moins grande échelle, des pollueurs. L’impact de notre civilisation est devenu insoutenable pour notre planète. Si certains d’entre-nous ont pris conscience qu’il fallait réagir et très vite, la grande majorité se moque totalement la situation actuelle. Le bien-être personnel et la consommation à outrance sont prioritaires. Pire, se débarrasser de ses détritus en les balançant par la vitre de sa voiture est presque devenu normal. « Ce n’est pas un ou deux emballages qui vont changer la face du monde… » et pourtant. Lorsque ce geste malveillant est réalisé des millions de fois chaque jour sur notre planète, ce n’est plus insignifiant.

Rivières de plastiques, océans de déchets, sols pollués, terres pestiférées, zones mortes, l’avenir parait bien sombre et je crois malheureusement que la conscience écologique de masse que nous espérons nest pas inscrite au programme du siècle dans lequel nous vivons.

Hervé THOMAS

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It on Pinterest