Plancton : phytoplancton et Zooplancton

Plancton

Le terme plancton désigne la faune et la flore peu mobiles vivant dans les milieux aquatiques et subissant les courants. Les organismes pouvant se déplacer librement s’appellent le necton.

zooplacton-et-phytoplacton800600

Phytoplancton

Ensemble des micro-organismes végétaux en suspension dans l’eau et producteurs d’oxygène.

Périphyton

Ensemble de micro-organismes se développant sur les pierres ou sur les végétaux

Périlithon ou couverture périlithique

Ensemble des micro-organismes fixés sur les pierres.

Les Algues

Des algues de toutes les couleurs

Proches voisines des bactéries, les cyanophycées, communément appelées algues bleues, utilisent la matière organique et synthétisent différents pigments comme le carotène susceptible d’être transformé en vitamine A. Comme les bactéries, les algues participent à la minéralisation des dépôts organiques.

Comme les bactéries autotrophes, certaines algues ou algues vertes ont le pouvoir d’élaborer le pigment chlorophyllien dans l’obscurité totale.
Ces micro-organismes végétaux réalisent des synthèses chimiques extrêmement compliquées en décomposant la matière organique dont ils se nourrissent. Ces processus vont jusqu’à la formation du charbon, du pétrole ou de nouvelles roches.
En mourant ou en étant consommés par des êtres vivants, ils participent également à l’enrichissement du milieu en matières organiques.

Les diatomées font partie d’une classe d’algues microscopiques unicellulaires pourvues d’une coquille siliceuse bivalve. Depuis des milliards d’années, elles colonisent les eaux douces et salées. En tombant sur le fond, les coquilles de millions de générations successives de diatomées ont constitué les strates formant le socle des océans.

Characées : algues microscopiques.
Cyanophycées : Algues bleues à fleurs.
Chlorophylicées : Algues bleues.

Les bactéries

Quand les microbes mangent les minéraux

A l’extrême limite entre le règne végétal et la matière organique, on trouve les bactéries qui sont des microbes. D’une taille minuscule de l’ordre du millième de millimètre, les bactéries sont les premiers agents de la décomposition de la matière organique avec les champignons. La plupart sont dites hétérotrophes. Elles utilisent la lumière solaire pour synthétiser la matière organique par photosynthèse.
Certaines bactéries se passent complètement de l’énergie lumineuse, les bactéries autotrophes ou anaérobies. Ces véritables usines chimiques vivantes exploitent les minéraux sans processus chlorophyllien. Les sources d’énergies seront alors chimiques.
Les ferrobactéries élaborent de la matière vivante à partir du carbonate de fer.  D’autres transforment le soufre par oxydation de l’hydrogène sulfuré mettant à « disposition » des vitamines B dans le noir absolu comme dans le monde cavernicole. Ordinairement, les vitamines B sont élaborées par des êtres vivants à partir d’acides aminés tirés des végétaux chlorophylliens.
Consommées par les arthropodes, les bactéries sont un apport supplémentaire en matières minérales et vivantes pour les invertébrés.

Les Champignons

Ces micro-organismes forment avec les bactéries le dernier maillon de la chaîne alimentaire.
Complètement indépendants de la lumière, les champignons se développent dans les zones fraîches et humides. Avec les bactéries, ils participent à la transformation des matières organiques qu’elles soient animales ou végétales (bois pourri, cadavres, excréments, papiers…). dans les milieux aquatiques. Les champignons assurent un apport de substances nutritives et de vitamines indispensables à la survie des certaines espèces animales. Les spores des champignons sont véhiculées par l’atmosphère ou par l’eau. Certaines variétés sont parasitaires des invertébrés aquatiques.

Le Zooplancton

Ensemble des micro-organismes animaux vivant en suspension dans l’eau. Partie animale du plancton.

Les Protozoaires

Protozoaires : du grec « protos premier et zôon animal

Bien plus nombreux que l’ensemble du règne animal toutes espèces confondues, ce sont les premiers êtres vivants sur terre. Ces petits animaux unicellulaires, dépourvus de chlorophylle, se reproduisant par mitose ou par reproduction sexuée. Ils consomment de l’oxygène et décomposent la matière organique. Les protozoaires vivent pour la plupart dans les milieux aquatiques. Les protozoaires ont une importance primordiale dans le processus de formation de la croûte terrestre. En mourrant, des milliards d’individus tombent sur le fond des océans. Les coquilles siliceuses des diatomées s’empilent les unes sur les autres par couches successives. Au fil des années, de millénaire en millénaire, elles forment des couches de limon. Comprimées les unes sur les autres, elles finissent par se cimenter pour finir par avoir la consistance de la roche.
Cette craie fossilisée est d’ailleurs utilisée pour le traitement des étangs (très fort pouvoir de destruction des dépôts vaseux avec libération d’oxygène dissous).

Les principaux embranchements de protozoaires sont :

Les Rotifères

Minuscules invertébrés aquatiques munis de deux couronnes de cils vibratiles autour de la bouche. (brachionus). Ces petits organismes libres ou fixés ont une part très importante dans l’alimentation des poissons. Les rotifères se nourrissent de phytoplancton, de petits crustacés planctoniques, de protozoaires ainsi que d’autres rotifères. Avec les copépodes, les rotifères constituent la plus grande partie du zooplancton

Les ciliés dont le représentant le plus connu est la paramécie.

Les rhizopodes comme l’amibe qui change constamment de forme.

Les radiolaires et les foraminifères qui utilisent le carbonate de calcium contenu dans l’eau pour se façonner un squelette complexe et magnifique.

Les Bryozoaires

Organismes d’eau douce, dont la morphologie est très semblable à celle des cnidaires comme l’hydre. Ces petits animaux sont souvent regroupés en colonies ramifiées. Hermaphrodites, ils expulsent leurs oeufs ou statobastes (oeuf de résistance) dont certains sont équipés de flotteurs. Vivants dans les eaux courantes et stagnantes, les colonies de bryozoaires se fixent à de nombreux supports immergés végétaux ou pierreux. (Plumatella repens).

Les Flagellés (tripanosomes)

Introduction invertébrés aquatiques

Depuis que les organismes vivants se sont développés sur notre planète, il y a des millions d’années, l’évolution a doté tous ces êtres de facultés particulières, souvent propre à leur espèce, leur permettant de vivre ou de coloniser certains milieux. Malgré la sélection naturelle sur des millions d’années et autant de générations, la pérennité des espèces s’est poursuivie. Face à l’hostilité de certains milieux aquatiques, les invertébrés ont développé des armes naturelles très efficaces. Le camouflage, la mobilité dans les déplacements, la capacité à essuyer l’impétuosité des crues. Une forme anatomique appropriée à leurs atouts spécifiques (nage, marche, creusement de tunnels, adhérence au substrat…). Des modes d’alimentation diversifiés (brouteurs, racleurs, filtreurs, carnivores, détritivores)  mais toujours étroitement dépendants du potentiel nutritif du milieu.

L’immensité des variantes d’invertébrés aquatiques ainsi que les autres espèces dont la survie est étroitement liée aux eaux douces donnent aujourd’hui un éventail gigantesque à copier pour le pêcheur à la mouche.

Si quelques genres ne sont pas très riches en nombre de variétés, la quantité d’individus peut être considérable sur certains milieux où l’espèce s’est particulièrement bien adaptée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It on Pinterest