L’ombre commun – Thymalus thymalus

Ce magnifique poisson est le seul représentant de son genre dans nos eaux. L’Ombre commun, même s’il vit dans des zones où l’on trouve des truites, n’a pas du tout le même comportement que ces dernières. Nettement moins farouche, il est un peu plus facile à approcher. Surpris par le pêcheur, il ne fuit pas comme une fusée pour se soustraire à celui-ci. Il se décale lentement de quelques centimètres à plusieurs mètres. Posté à proximité immédiate du fond, il vit en groupes généralement constitués d’individus issus de la même génération. Contrairement à la truite fario, l’ombre commun n’a pas de cache. Sa seule défense contre un ennemi potentiel est de se réfugier dans des eaux plus profondes où il retrouve sa sérénité. Une fois le danger passé, il se laisse porter transversalement par le courant pour reprendre sa place initiale. Cela ne veut pas dire pour autant que le pêcheur doit l’approcher sans un minimum de discrétion. Pensez que vous n’êtes certainement pas le premier intrus à deux pattes qu’il rencontre. Même s’il vient se replacer après vous avoir repéré, il n’est pas certain qu’il soit motivé pour se saisir de votre imitation qui lui passe devant le nez. J’ai toujours le sentiment, face à un ombre de belle taille, qu’il passe plus de temps à m’observer plutôt que les proies qui défilent dans le courant devant lui. L’ombre commun est un poison d’eau courante. Il est présent dans quelques lacs, mais cela reste anodin. Si on le rencontre parfois dans les torrents de moyenne montagne, sa zone de prédilection est plutôt les cours d’eau de piémont et de plaine. Il apprécie les eaux de bonne qualité et bien oxygénées. Ses postes préférés sont les radiers, les plats et les gravières. Posté généralement près du fond, il se tient parfois à mi-eau ou proche de la surface lorsque les émergences sont importantes.

Un bel Ombre commun
Un bel Ombre commun

Sa petite bouche démontre qu’il est un fort consommateur d’insectes aquatiques. Il sait parfaitement se saisir des larves ou nymphes, mais aussi des adultes qu’il gobe volontiers. Cela ne l’empêche pas de capturer parfois d’autres poissons lorsqu’il est de taille conséquente.

Doté d’une excellente vision et à partir d’un certain âge, il est à mon avis plus difficile à tromper qu’une truite. Vous aurez certainement l’occasion de vous en rendre compte lorsque vous vous trouverez face à un ombre qui gobe sans interruption devant vous en ignorant totalement vos artificielles. Je n’oublie jamais qu’un très gros poisson a un atout précieux pour éviter les pièges que je lui tends : son expérience, qui découle des aventures désagréables qu’il a pu subir au préalable. Plus la taille du poisson sera importante, plus celui-ci aura rencontré de dangers et de pêcheurs au cours de sa vie. Cela incite donc à prendre un maximum de précautions avant de l’aborder, et ceci, quelle que soit son espèce. Pêcher sans être vu de sa cible permet de mettre toutes les chances de son côté. Dans le cas contraire, il est fort possible que l’échec soit au rendez-vous.

Dorsale de l'Ombre
Détails de l a voile d’un Ombre commun autrichien d’où son surnom de poisson-étendard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It on Pinterest