IBGN – L’indice biologique général normalisé

L’indice biologique général normalisé ou IBGN est une méthode scientifique permettant d ‘apprécier la qualité de l’eau par l’intermédiaire d’un inventaire des populations d’invertébrés aquatiques. Plusieurs secteurs (courants rapides et lents, rochers, graviers, sables, végétaux…) sont définis à l’avance pour représenter l’ensemble du milieu aquatique à étudier. La température de l’eau ainsi que sa composition chimique sont prises en compte car elles ont des conséquences primordiales sur la productivité du milieu. Les prélèvements s’effectuent à l’aide de filets à mailles très fines sur une zone bien précise.

ibgn800600

En fonction des espèces, la sensibilité n’est pas la même. Alors que certains insectes ne peuvent supporter aucune agression polluante, d’autres s’accommodent très bien de conditions extrêmes. La représentation importante d’individus de certaines familles d’invertébrés comme les plécoptères indiquent une eau pure et bien oxygénée. A l’inverse, leur absence peut signaler une pollution. D’autres insectes résistent très facilement aux dégradations du milieu. C’est le cas de larves certaines larves de diptères et de simulies. La présence d’Eristale aquatique* est quand à elle un indice de pollution.

Par ordre de sensibilité ont trouve ainsi les plécoptères, les larves plates d’éphémères, les trichoptères avec fourreau, les trichoptères sans fourreau, les crustacés comme le gammare, les libellules, les mollusques, les vers, les diptères…

* L’éristale aquatique ou ver à queue ou ver pourceau : Ver blanc terminé par une longue queue souple. L’adulte va ressembler à une abeille de part sa taille et sa coloration.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.