Les éphéméroptères, pas si éphémères que ça !

ephemeroptera: du mot grec [ephêmeros] qui veut dire « le temps d’une journée » et [ptera] voulant dire « avec des ailes »
ephemere
Depuis plusieurs millions d’années, les éphéméroptères ont traversé les âges en colonisant divers biotopes au fil du temps. Déjà présents sur terre à l’époque des dinosaures, ces petits animaux, à l’apparence si fragile, ont survécu au cataclysme naturel qui a vu la fin des plus grandes espèces animales qui ont foulé le sol de notre planète.

Les éphémères sont apparus au Carbonifère, il y a environ 280 à 350 millions d’années. Ils sont les plus anciens insectes ailés de la planète encore présents à notre époque. Ils sont considérés comme des insectes primitifs avec des caractères archaïques. L’un de ceux-ci est le fait qu’ils ne peuvent pas rabattre leurs ailes sur leur corps.

Parmi les 2500 espèces d’éphéméroptères déjà recensées sur Terre, 200 environ vivent en Europe. 141 espèces d’éphémères sont actuellement recensées en France. Elles constituent 16 familles qui regroupent 40 genres. Ces chiffres ne sont pas immuables, car, outre les nouvelles découvertes, la taxonomie qui permet de classifier les espèces est en constante évolution.
Des ruisseaux et torrents aux eaux vives et froides des montagnes aux eaux plus chaudes des rivières de plaine, des lacs d’altitude aux étangs de piémont en passant par les fossés et canaux, les éphémères imagos dansent aujourd’hui au-dessus de la plupart des eaux douces.

mouche-de-mai
Ephemera danica ou Mouche de mai pour les pêcheurs – au stade subimago

 

Dans les cours d’eau, le peuplement en éphéméroptères dépend essentiellement du régime hydraulique et de la vitesse du courant.
D’autres facteurs comme l’altitude, la surface du bassin versant et les caractéristiques physico-chimiques de l’eau jouent également un rôle déterminant.

Une majorité des éphéméroptères fait partie des insectes aquatiques rhéophiles (qui vivent dans les courants). Ce sont également des insectes hémimétaboles. La métamorphose est dite incomplète. Pendant la période de croissance qui dure de quelques mois à plusieurs années, la larve doit muer plusieurs fois pour se débarrasser de son exosquelette devenu à chaque fois trop étroit.

Après l’émergence de la larve-nymphe, il existe une phase intermédiaire appelée subimago et qui précède le dernier stade, l’imago ou insecte parfait. En effet, les éphémères sont les seuls insectes qui subissent une mue alors qu’ils ont déjà des ailes fonctionnelles.

Le passage de la larve à la vie adulte se fait en deux temps : d’abord l’apparition de la subimago, ou préadulte, puis après l’ultime mue (imaginale), de l’imago ou insecte parfait. Alors que la subimago a les ailes ternes et des teintes corporelles fades, l’imago, débarrassé de son ultime exuvie a les ailes brillantes et transparentes avec des reflets irisés et un corps laissant apparaître des couleurs chatoyantes.
Les larves d’éphémères sont exclusivement aquatiques.

Elles possèdent une paire d’antennes, un thorax doté de trois paires de pattes, un abdomen allongé avec des branchies apparentes, composé de 10 segments bien visibles terminés par deux ou trois cerques ou pédoncules caudaux.

Les larves vivent sous le sable ou le gravier ou cachées parmi les pierres, mais également dans la végétation aquatique des lacs et rivières. Durant leur croissance et selon les espèces, elles connaissent de 12 à 36 mues.

BAETIS
Larve-nymphe de Baetidé

 

Chez les éphéméroptères, les larves et les larves-nymphes ont pratiquement le même aspect mis à part dans les derniers stades qui précédent l’émergence. Sur la partie supérieure du thorax, le sac alaire se développe modifiant alors l’apparence extérieure de la larve-nymphe.

Si la forme générale des diverses variétés d’éphéméroptères est relativement similaire lorsqu’ils sont adultes ou imagos, le comportement et les caractéristiques anatomiques des larves sont vraiment différents d’un genre à l’autre. Alors que certaines sont rampantes ou marcheuses, d’autres sont fouisseuses ou nageuses. Ainsi, il existe des larves fouisseuses comme les Ephemeridae, qui vivent enfouies dans des galeries qu’elles creusent dans le substrat. Pour la plupart, elles se distinguent par leur grande taille atteignant parfois les 25 mm. Les larves nageuses de Baetidae nagent vigoureusement parmi les éléments qui constituent le substrat. Certaines comme les Caenidae et les Ephemerellidae rampent sur fond et s’agrippent à tous les supports présents sur le fond. D’autres, comme celles des Heptageniidae, se maintiennent fermement sous les roches et les galets immergés à l’aide de leurs puissantes pattes munies de griffes. Ces dernières sont également dites pétricoles, car elles vivent entre les interstices des rochers tapissant les fonds.

heptagenidé
Larve d’Heptagenidé

 

Ces aptitudes particulières sont parfaitement adaptées pour lutter contre les contraintes des différents milieux aquatiques fréquentés. Pour les habitants des eaux vives, froides et très oxygénées d’altitude, les astreintes ne sont bien évidemment pas les mêmes que celles rencontrées par des insectes lacustres ou ceux qui vivent dans les secteurs à courant faible. Chacune des variétés répond donc par ses propres armes à ce défit permanent qui consiste à rester en vie pour grandir et se reproduire.

Les larves et larves-nymphes peuvent être détritivores, phytophages ou carnivores pour quelques rares espèces.

Arrivée au terme de son développement, la larve-nymphe va quitter le milieu aquatique pour donner naissance à la forme subimaginale ou subimago. Afin de rejoindre la surface, les larves-nymphes vont ramper, nager ou se laisser entraîner à la surface par une poche d’air qui s’est formée sous la cuticule nymphale. À l’air libre, elles abandonnent leur exuvie pour devenir des subimagos. Leurs aspects et morphologies sont très semblables à la forme adulte et définitive ou imago. Pour atteindre ce stade ultime, l’éphémère devra encore muer une dernière fois hors de l’eau, laissant apparaître ses couleurs chatoyantes pour quelques heures. C’est seulement à ce stade que les insectes seront aptes à se reproduire.

Ecdyonurus
Subimago d’ Ecdyonurus

 

Les éphéméroptères adultes, qu’ils soient subimagos ou imagos, sont reconnaissables aux deux ou trois longs filaments appelés cerques, situés dans le prolongement de leur abdomen. Ces pédoncules caudaux sont une particularité propre aux éphéméroptères. Leur rôle principal est d’assurer l’équilibrage et la stabilisation de l’adulte en vol ou sur l’eau dans la phase imaginale. Ils sont au nombre de 3 chez la plupart des espèces, mais le genre Epeorus (Heptageniidae) est le seul éphéméroptère à n’en possède que 2 au stade nymphal.

ephemere-jaune
Potamanthus luteus au stade subimago

 

Les adultes sont munis de deux paires d’ailes translucides finement nervurées et de tailles différentes. Les antérieures sont les plus grandes et font le triple ou le quadruple des postérieures, souvent minuscules ou parfois inexistantes. Elles sont rattachées au mésothorax. Au repos ou lors des dérives sur l’eau, elles sont tenues à la verticale ce qui donne à l’adulte un air de petit voilier sauf pour les caenidés qui ont les ailes à plat.

La durée de vie hors de l’eau est très courte et va de quelques heures à quelques jours selon les espèces. Après leur sortie de l’eau, les subimagos ne se nourrissent plus. Leur seul objectif est de quitter leur dernière enveloppe pour assurer l’acte de reproduction.

ephemere-imago
Un Éphémère au stade imago

 

Les imagos, insectes délicats aux ailes translucides et fragiles se mettent alors à effectuer un véritable ballet aérien au-dessus des eaux. Leur vol pendulaire qui caractérise certaines espèces se produit généralement en fin de journée dans les périodes chaudes, mais les émergences peuvent être très régulières tout au long d’une journée.

De nombreuses espèces d’éphéméroptères sont nocturnes ou crépusculaires, ce qui n’est pas fait pour réjouir les pêcheurs à la mouche contraints de sortir de l’eau au meilleur moment afin de respecter la réglementation pêche.

L’accouplement des éphémères se passe en vol et souvent en groupe constitué de plusieurs individus. L’essaimage des mâles a lieu la plupart du temps en fin de journée. L’intensité de la lumière et la température de l’air sont des facteurs qui influencent l’apparition de ce comportement.

Chez certains genres, les mâles forment de grands essaims très denses. Certaines espèces volent à l’horizontale en effectuant des allées et venues au-dessus des eaux. D’autres montent et descendent à l’unisson à proximité des cours d’eau. Dans ce cas, les mâles exécutent une danse à la verticale, battant des ailes pour prendre de l’altitude puis se laissant tomber, ailes et appendices caudaux leur servant de parachute. Lorsqu’une femelle se joint à l’essaim, un mâle en vol ascendant la saisit par-dessous avec ses longues pattes antérieures. Les deux insectes chutent alors lentement vers le sol ou la surface de l’eau. Avant que le couple n’arrive au sol et se sépare, un très rapide transfert de semence a lieu. Les deux pénis du mâle s’insèrent dans les deux orifices de la femelle. Le sperme est transféré très rapidement et la fécondation des œufs a lieu sur-le-champ. Le mâle retourne ensuite dans la colonne formée par ses congénères. La femelle fécondée va alors déposer ses œufs à la surface de l’eau. Ceux-ci vont s’immerger rapidement et rejoindre le fond. Chez certaines espèces, la femelle plonge pour pondre ses œufs sur des éléments immergés qui composent le substrat.

D’une manière ou d’une autre, c’est le point de départ d’une nouvelle génération. Selon les espèces, il peut y avoir une ou deux générations par an.

CAENIS
Spents de Caenidés qui font partie des plus petits éphéméroptères.

 

Après avoir donné la vie, les imagos vont chuter sur l’eau ou dans la végétation pour mourir. Leur cycle vital est terminé, mais leurs cadavres vont encore nourrir une multitude d’animaux. Dans la nature rien ne se perd !

Retrouvez plus de détails sur les éphéméroptères très prochainement sur le Tome 2 de “Mes carnets de pêche à la mouche” et encore merci pour vos précieux partages.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.