Goddard sedge

Durant les premières années pendant lesquelles j’ai accueilli les pêcheurs au Lac de la Landie, il m’a fallu trouver rapidement une solution pour aider mes convives manquant de technique et de tactique de pêche en lac pour les faire réussir pendant leur journée ou séjour en Auvergne.

Pourvu bien souvent d’un équipement mouche surdimensionné, canne et moulinet pour soie N° 7 ou 8, ces pêcheurs n’étaient pas vraiment bien équipés pour pouvoir pratiquer une pêche discrète. Difficile dans ce cas de pêcher en mouche sèche de petite taille. La pêche au streamer demandant un peu de technique de lancer pour pouvoir propulser à une distance raisonnable une mouche de taille importante, n’était également pas vraiment adaptée pour certains d’entre eux.

Entre ces deux techniques, j’ai pu trouver une alternative. La pêche au témoin. Son principe est simple, une mouche sèche de grosse taille est fixée sur une courte potence à environ un mètre d’une petite nymphe accrochée sur la pointe du bas de ligne. Une fois la ligne lancée, la nymphe s’immerge doucement et se trouve maintenue à un mètre sous la surface grâce à l’excellente flottaison de la mouche sèche. Il ne reste plus ensuite qu’à attendre patiemment en laissant la ligne inerte. Si un poisson se saisi de la nymphe, la mouche de surface coule ou glisse sur l’eau avant de plonger. C’est un peu de la pêche au bouchon mais peu importe le contenu pourvu qu’on ai l’ivresse !

Grâce à cette méthode de pêche, de nombreux pêcheurs ont pu ainsi sauver leur journée lors de conditions pas vraiment favorables. Si de nombreuses artificielles de surface sont efficaces pour pratiquer ce genre de technique, l’une d’entre elles se distingue plus particulièrement, le Goddard sedge.

Ce montage réalisé en poils de chevreuil possède un corps renflé où les poils sont compactés les uns contre les autres et rendent la mouche pratiquement insubmersible pendant plusieurs minutes de pêche. Une collerette bien fournie est tournée à l’avant et augmente la flottaison de l’ensemble. Réalisée sur un hameçon de 8 ou de 10 à hampe longue, c’est une grosse mouche de surface qui permet de maintenir une nymphe légèrement lestée à une profondeur déterminée à l’avance.

J’avais vu un pêcheur employer un montage similaire quelques temps auparavant mais un témoin en plastique remplaçait la mouche de surface. Durant sa journée de pêche, il m’a raconté que quelques poissons étaient venus se saisir du témoin d’où l’idée de le remplacer par une artificielle. Le Goddard sedge avait à mes yeux toutes les qualités indispensables pour subir les lancers peu académiques de pêcheurs débutants posant un peu trop brutalement leur ligne sur l’eau et contraignant la mouche sèche de surface à s’immerger rapidement. En dehors de sa capacité à flotter parfaitement et plus particulièrement lorsque la mouche est bien graissée, le Goddard sedge est parfois un aimant à grosses truites. La combinaison d’une nymphe et de ce sedge permettait ainsi d’obtenir deux mouches “pêchantes” sans avoir à être un champion de casting ou un expert de la pêche en lac pour cela.

Cette technique de pêche fonctionne parfaitement durant toute l’année mis à part en été, période pendant laquelle les poissons recherchent la fraicheur dans les grandes profondeurs. Elle atteint son efficacité maximale au printemps et en automne lorsque les salmonidés longent la proximité des berges en quête d’émergentes ou d’insectes tombés sur l’eau. Si elle se pratique généralement dans une zone où la profondeur d’eau n’excède pas deux mètres, il est possible de pêcher ainsi dans des secteurs beaucoup plus profonds mais uniquement lorsque l’on peut observer ça et là quelques poissons actifs en surface.

L’efficacité du Goddard sedge ne s’arrête pas à la pêche au bouchon ou au témoin. Ces qualités précitées sont également un atout pendant les parties de pêche où le vent et les vagues sont fortes. Glissé rapidement et régulièrement en surface grâce à l’alternance de mouvements de scion et de récupération manuelle de la ligne, il permet d’obtenir des attaques foudroyantes de poissons qui se précipitent à vive allure sur cette artificielle qui drague rapidement sur la surface de l’eau. Dans ce cas, le pêcheur devra prendre soin d’augmenter sensiblement le diamètre de la pointe de son bas de ligne sous peine de voir l’artificielle disparaitre dans un bouillon d’écume et dans la gueule de la truite sans avoir pu rien faire.

GOBAGE

Le Goddard sedge est également une très bonne artificielle pour pêcher sur un lac lisse et notamment en fin de journée à l’approche du coup du soir.  Il suffit pour cela de la déposer en surface et d’attendre patiemment que l’attraction de cette mouche fasse effet. Une traction brève et très vive sur la ligne de temps en temps, permet d’animer très légèrement  le sedge ce qui déclenche parfois l’attaque qui peut être brutale.

GOBAGESPar fort vent et au milieu des grosses vagues, le Goddard sedge peut être attaché en pointe du bas de ligne et sur lequel est fixé une potence courte munie d’une imitation de chironome émergent. Ce montage permet de mieux voir où la ligne tombe et offre un maintien plus efficace du bas de ligne en surface.

C’est pour toutes ces raisons que je vous recommande d’avoir quelques Goddard sedge dans vos boites et plus particulièrement si vous manquez de technique de lancer et de connaissances en matière de pêche en lac. Grâce à ses qualités de flottaison, de visibilité, de solidité et offrant plusieurs alternatives de pêche possibles, cette mouche artificielle fait partie des indispensables à avoir absolument.

Une dernière précision. Il arrive fréquemment que la truite manque le sedge au premier passage. Si cela se produit, laissez votre mouche sur l’eau et patientez un instant avant de relancer car très souvent, le poisson vient chercher à nouveau l’artificielle comme sur la photo ci-dessus.


 Montage d’un Goddard sedge

GODDARD-SEDGE

La réalisation de cette artificielle demande seulement deux matériaux de montage. Des poils de chevreuil qui vont constituer le corps et un ou deux hackles roux formant la collerette.

Fixez votre fil de montage 6/0 noir sur votre hameçon N° 8 ou 10 et amenez-le jusqu’à la courbure.

SD2

GOD1

Prenez une touffe de poils de chevreuil et fixez-la par le milieu. Lors des deux premiers tours de fil, n’hésitez pas à serrer les poils fortement contre l’acier de l’hameçon. Pendant cette action, la touffe de poils doit tourner autour de la hampe de l’hameçon. Trois ou quatre tours supplémentaires de fil finiront de la bloquer fermement. Passez votre fil de montage devant la touffe de poils.

GOD2

Repoussez bien les poils vers l’arrière pour les compacter et recommencez l’opération jusqu’à remplir la hampe de l’hameçon jusqu’à environ 3 millimètres de l’œillet. Il vous faudra juxtaposer 4 ou 5 touffes de poils pour remplir la hampe. Attention, plus vous poils seront serrés, plus votre mouche flottera bien.

GOD3

GOD4

Une fois la hampe remplie,  bloquez et coupez votre fil de montage puis enlevez la mouche de l’étau. Prenez un bon ciseau, assez long et bien coupant. Taillez les poils de manière à former un corps cylindrique et qui dépasse légèrement la courbure de l’hameçon à l’arrière. Votre premier coup de ciseau doit se faire en partie basse de la mouche pour bien dégager la pointe de l’hameçon.

GOD6

Une fois taillée, fixez à nouveau votre mouche sur l’étau. Vous pouvez voir que l’œillet et un petit bout de hampe sont bien dégagés. Évitez de couper les poils placés à l’arrière de la courbure de l’hameçon, votre artificielle perdrait en flottaison.

GOD7Fixez à nouveau votre fil de montage sur l’hameçon et bloquez une ou deux plumes de coq roux devant vos poils de cervidé.

GOD8

Tournez-les de manière à former une collerette bien fournie.

GOD9Il ne vous reste plus qu’à réaliser un nœud de finition et renforcer le montage grâce à un collage. 

Le montage original comporte un dubbing ou un brin de laine dans la partie basse du corps ainsi que deux grandes antennes à l’avant. Ces artifices ne sont pas vraiment utiles mais vous pouvez les ajouter si vous le souhaitez. Une dernière chose, rien ne vous empêche de réaliser ce montage sur des hameçons plus petits car c’est également une excellente mouche pour la pêche en rivière et plus particulièrement lors du coup du soir.

GOD10

PS : Si vous n’êtes pas monteur, vous pourrez également trouver le Goddard sedge référencé sous une autre appellation : Le G & H Sedge.

Compte-tenu du volume et de la taille de cette mouche, un bas de ligne en 16 centimètres est un bon choix même si elle ne vrille pas trop le bas de ligne pendant les lancers.


Vous avez aimé ce sujet ?

Cela vaut bien un partage …

Merci.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.